auctions |  biography | message boards | faq | links | bibliography | multimedia | exclusives | gifts | home |
Hemingway Travel Stickers
 


got Papa? shirts, mugs and more!
Custom Euro Oval Stickers
Oval Stickers and Euro Stickers


      
  Active TopicsActive Topics  Display List of Forum MembersMemberlist  Search The ForumSearch  HelpHelp
  RegisterRegister  LoginLogin
General Questions (Forum Locked Forum Locked)
 Ernest Hemingway Message Boards : General Questions
Subject Topic: Paris Hotel Mont Blanc Post ReplyPost New Topic
Author
Message << Prev Topic | Next Topic >>
hoyt040
New Member
New Member



Joined: 14 December 2006
Location: United States
Online Status: Offline
Posts: 5
Posted: 16 December 2006 at 11:56pm | IP Logged Quote hoyt040

Heads up everyone. I received the following in an e-mail in French, preceded by "I don't think that it is a fiction, because the page below contains the same information: http://www.terresdecrivains.com/Ernest-HEMINGWAY-a-Paris.htm l (it's in french)" from the Hotel du Mont Blanc:

"

 
 
 
 
< name="carte3" id="carte3"> < name="carte" id="carte">

Mots-clés associés à l'article


Ernest HEMINGWAY à Paris

Le mardi 19 août 2003.
"Et pouvez-vous sonder la profondeur de grotesque à laquelle sombre un Hemingway -le plus grand romancier américain vivant- lorsqu'il parle de ses livres comme d'un moyen de "défendre son titre de champion" ? [...]
[La plaisanterie] est révélatrice : elle trahit cette conviction profonde que la littérature serait affaire de compétition, tout comme un championnat de boxe professionnelle."
Arthur Koestler en 1950.
"[...] Toute sa vie il a lutté contre sa lâcheté et la tentation du suicide, [...] son paysage intérieur était un cauchemar et [...] ses nuits se passaient à combattre ses démons."
Norman Mailer.

"C'est parfait d'être en marge quand on est écrivain. Ce n'est pas bon de se mettre trop au centre de son œuvre. Hemingway s'est détruit parce qu'il avait créé un monstre qui l'a dépassé. Son ego était en contradiction avec sa personne privée. Norman Mailer a fait la même chose et il s'est détruit aussi. Mieux vaut consacrer son énergie à son travail."
Jim Harrison dans Le point, 13 juin 2003.

"L'écriture d'un roman doit tuer le romancier. S'il en reste quoi que ce soit, c'est qu'il n'a pas travaillé assez."
E. H.

De ses jeunes années jusqu’à son suicide le 2 juillet 1961 (son père s’est lui-même suicidé en 1928), la littérature est pour Hemingway affaire de compétition littéraire (récompensée pour lui par le prix Pulitzer en 1953 et le Nobel en 1954) autant que puissant anti-dépresseur.

Quelques traits du personnage : il commence la pêche à trois ans, la chasse à dix et la boxe à douze ; il est des deux guerres mondiales ; comme notre Saint-Exupéry, il est aussi régulièrement couvert de pansements, survivant à divers accidents de voiture et d’avion ; l’écriture ? Il n’arrête d’écrire que quand il est sûr de savoir comment reprendre le lendemain ; il prétend avoir réécrit... trente-neuf fois la première page de L’adieu aux armes.C’est dans les années 20 qu’Hemingway, attiré par la liberté d’expression et le taux de change favorable, vient traîner ses guêtres à Paris. C’est là que, poussé par Gertrude Stein, il abandonne le journalisme pour la littérature et trouve son style. C’est là que son premier livre est publié en 1923 (et là qu’il vit le plus fort de ses idylles).

Suivons-le dans les rues de la capitale et ailleurs :

- Il découvre Paris fin mai 1918, à vingt ans.
Hadley et Ernest arrivent à Paris le 22 décembre 1921 et logent d’abord à l’hôtel Jacob et d’Angleterre, 44 rue Jacob. Leur restaurant favori est le Pré-aux-Clercs, 30 rue Bonaparte.
- Le 9 janvier 1922, les voilà -jusqu’à août 23- au 3ème étage du 74 rue du Cardinal Lemoine, presqu’en face de Valéry Larbaud qui vécut au 71 quelques années plus tôt (et de Joyce qui lui emprunta quelque temps cet appartement).
- Peu de temps après, pour écrire, Hemingway loue une chambre dans un hôtel de la rue Mouffetard. S’agit-il de l’immeuble du 39 rue Descartes, où Verlaine est mort en 1895 ? Hem aime le faire croire dans Paris est une fête, mais ce n’est pas si sûr, malgré la plaque qui orne le n°39...
- Il fréquente la librairie que Sylvia Beach a ouverte en 1919 8 rue Dupuytren (trop à l’étroit, elle emménage début 1922 12 rue de l’Odéon, en face de la Maison des amis du livre, la librairie déjà bien fréquentée d’Adrienne Monnier).
- Hem fréquente aussi, au 27 de la rue de Fleurus, l’appartement de Gertrude Stein, avec Pound, Fitzgerald et d’autres américains de la "génération perdue", comme elle les appelle.
- Ils se retrouvent aussi dans les cafés : le Select, le Dôme, les Deux Magots, la Closerie des lilas.
- Les Hemingway habitent en 1924 113 rue Notre-Dame-des-Champs, en haut d’un pavillon dans une cour. Ezra Pound habite alors au 70 bis et corrige les manuscrits d’Ernest en échange de leçons de boxe... C’est le seul écrivain proche d’Hemingway, avec Joyce, qui ne se fâchera jamais avec lui.
- Hem revient à Paris en 1927. Il vit - maintenant avec Pauline - 69, rue Froidevaux. - En 1929, les voilà 6 rue Férou, près de Saint-Sulpice.
- Lors de l’été 1929, Hemingway combat à la boxe le journaliste Morley Callaghan au Falstaff (le match est arbitré par Francis Scott Fitzgerald, qui s’arrange pour qu’Ernest prenne un maximum de coups...)
- Il est de nouveau à Paris à la fin de l’automne 33, début 34, en mai 37, pour la libération de la capitale en août 1944, pour un voyage en 1956 qui le mène aussi à Biarritz, Chartres,...
Toutes les occasions sont bonnes pour retrouver ses émotions littéraires et autres des années 20...
- Un autre de ses hôtels parisiens : l’hôtel du Mont-Blanc, 28 rue de la Huchette.

Autres demeures de l’auteur
L’été 1926, les Hemingway s’installent dans la villa Paquita à Juan-les-Pins, que les Fitzgerald viennent de libérer, puis à l’hôtel de la Pinède, avant de retrouver Paris.

Pour visiter le lieu
Les demeures parisiennes d’Hemingway sont visitables... de l’extérieur.

Sites à visiter :
La Hemingway Society.
La Ernest Hemingway Foundation of Oak Park,
- le site de l’émission d’Arte du 22/01/06 sur Hemingway.

À voir aux alentours
Le Paris d’Hemingway est celui de Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés, donc celui de beaucoup de monde : (dans le désordre) Diderot, Apollinaire, Artaud, Baudelaire, Sartre, Duras, Fitzgerald, Desnos, Joyce, Sand, Hugo, Wilde, Cesbron, Rimbaud, Verlaine, Vian,...

Petite bibliographie
Ernest Hemingway en France, 1926-1994. Geneviève Hily-Mane. Presses universitaires de Reims, 1995.
Hemingway, the Paris years. Michael Reynolds. Editions W. W. Norton & Company.
Au Rendez-vous des génies. Écrivains américains à Paris dans les années vingt. Humphrey Carpenter, éditions Aubier, 1990.
Dossier Hemingway du Magazine littéraire n°377 de juin 1999.
The Hemingway review.
Paris des écrivains. Sous la direction de Laure Murat. Éditions du Chêne.
La côte d’Azur des écrivains. Christian Arthaud, Eric L. Paul, Edisud, 1999.

JPEG - 393bsp;ko
Le Dôme.


Forum de l'article

  • > Ernest HEMINGWAY à Paris
    2 novembre 2004, par christophebegert@hotmail.com
    Pourquoi dans votre itinéraire d’Hémingway à Paris et dans ses hôtels ne faites vous jamais réference _ sauf erreur_ à sa passion pour l’hôtel Ritz (dont un des bars porte le nom) ? "Quand je pense au Paradis je ferme les yeux et je suis au Ritz Paris" a-t-il écrit. Il économisait même parfois pour boire un cocktail de plus dans le palace parisisien. Son nom est aujourd’hui intimement lié à ce lieux prestigieux de Paris où il passa des heures et des jours. Voir pour plus de précisions le site même du Ritz Paris (www.ritz.com) Merci de votre réponse Cordialement
    • > Ernest HEMINGWAY à Paris
      3 novembre 2004, par JCS
      Tapez ritz dans notre moteur de recherche ;-)
      • > Ernest HEMINGWAY à Paris
        13 janvier 2005, par Monique

        Pourriez-vous continuer cette phrase de Ernest Hemingway.

        Pour que le mal triomphe,seule vaut l’inaction des hommes biens...

< ="1.1">

Back to Top View hoyt040's Profile Search for other posts by hoyt040
 
hoyt040
New Member
New Member


Joined: 14 December 2006
Location: United States
Online Status: Offline
Posts: 5
Posted: 17 December 2006 at 1:46pm | IP Logged Quote hoyt040

An English translation of the above:

Automatically translated text:
< name="text" wrap="PHYSICAL" dir="ltr" id="source">Ernest HEMINGWAY à Paris Le mardi 19 août 2003. "Et pouvez-vous sonder la profondeur de grotesque à laquelle sombre un Hemingway -le plus grand romancier américain vivant- lorsqu'il parle de ses livres comme d'un moyen de "défendre son titre de champion" ? [...] [La plaisanterie] est révélatrice : elle trahit cette conviction profonde que la littérature serait affaire de compétition, tout comme un championnat de boxe professionnelle." Arthur Koestler en 1950. "[...] Toute sa vie il a lutté contre sa lâcheté et la tentation du suicide, [...] son paysage intérieur était un cauchemar et [...] ses nuits se passaient à combattre ses démons." Norman Mailer. "C'est parfait d'être en marge quand on est écrivain. Ce n'est pas bon de se mettre trop au centre de son œuvre. Hemingway s'est détruit parce qu'il avait créé un monstre qui l'a dépassé. Son ego était en contradiction avec sa personne privée. Norman Mailer a fait la même chose et il s'est détruit aussi. Mieux vaut consacrer son énergie à son travail." Jim Harrison dans Le point, 13 juin 2003. "L'écriture d'un roman doit tuer le romancier. S'il en reste quoi que ce soit, c'est qu'il n'a pas travaillé assez." E. H. De ses jeunes années jusqu’à son suicide le 2 juillet 1961 (son père s’est lui-même suicidé en 1928), la littérature est pour Hemingway affaire de compétition littéraire (récompensée pour lui par le prix Pulitzer en 1953 et le Nobel en 1954) autant que puissant anti-dépresseur. Quelques traits du personnage : il commence la pêche à trois ans, la chasse à dix et la boxe à douze ; il est des deux guerres mondiales ; comme notre Saint-Exupéry, il est aussi régulièrement couvert de pansements, survivant à divers accidents de voiture et d’avion ; l’écriture ? Il n’arrête d’écrire que quand il est sûr de savoir comment reprendre le lendemain ; il prétend avoir réécrit... trente-neuf fois la première page de L’adieu aux armes.C’est dans les années 20 qu’Hemingway, attiré par la liberté d’expression et le taux de change favorable, vient traîner ses guêtres à Paris. C’est là que, poussé par Gertrude Stein, il abandonne le journalisme pour la littérature et trouve son style. C’est là que son premier livre est publié en 1923 (et là qu’il vit le plus fort de ses idylles). Suivons-le dans les rues de la capitale et ailleurs : - Il découvre Paris fin mai 1918, à vingt ans. Hadley et Ernest arrivent à Paris le 22 décembre 1921 et logent d’abord à l’hôtel Jacob et d’Angleterre, 44 rue Jacob. Leur restaurant favori est le Pré-aux-Clercs, 30 rue Bonaparte. - Le 9 janvier 1922, les voilà -jusqu’à août 23- au 3ème étage du 74 rue du Cardinal Lemoine, presqu’en face de Valéry Larbaud qui vécut au 71 quelques années plus tôt (et de Joyce qui lui emprunta quelque temps cet appartement). - Peu de temps après, pour écrire, Hemingway loue une chambre dans un hôtel de la rue Mouffetard. S’agit-il de l’immeuble du 39 rue Descartes, où Verlaine est mort en 1895 ? Hem aime le faire croire dans Paris est une fête, mais ce n’est pas si sûr, malgré la plaque qui orne le n°39... - Il fréquente la librairie que Sylvia Beach a ouverte en 1919 8 rue Dupuytren (trop à l’étroit, elle emménage début 1922 12 rue de l’Odéon, en face de la Maison des amis du livre, la librairie déjà bien fréquentée d’Adrienne Monnier). - Hem fréquente aussi, au 27 de la rue de Fleurus, l’appartement de Gertrude Stein, avec Pound, Fitzgerald et d’autres américains de la "génération perdue", comme elle les appelle. - Ils se retrouvent aussi dans les cafés : le Select, le Dôme, les Deux Magots, la Closerie des lilas. - Les Hemingway habitent en 1924 113 rue Notre-Dame-des-Champs, en haut d’un pavillon dans une cour. Ezra Pound habite alors au 70 bis et corrige les manuscrits d’Ernest en échange de leçons de boxe... C’est le seul écrivain proche d’Hemingway, avec Joyce, qui ne se fâchera jamais avec lui. - Hem revient à Paris en 1927. Il vit - maintenant avec Pauline - 69, rue Froidevaux. - En 1929, les voilà 6 rue Férou, près de Saint-Sulpice. - Lors de l’été 1929, Hemingway combat à la boxe le journaliste Morley Callaghan au Falstaff (le match est arbitré par Francis Scott Fitzgerald, qui s’arrange pour qu’Ernest prenne un maximum de coups...) - Il est de nouveau à Paris à la fin de l’automne 33, début 34, en mai 37, pour la libération de la capitale en août 1944, pour un voyage en 1956 qui le mène aussi à Biarritz, Chartres,... Toutes les occasions sont bonnes pour retrouver ses émotions littéraires et autres des années 20... - Un autre de ses hôtels parisiens : l’hôtel du Mont-Blanc, 28 rue de la Huchette. Autres demeures de l’auteur L’été 1926, les Hemingway s’installent dans la villa Paquita à Juan-les-Pins, que les Fitzgerald viennent de libérer, puis à l’hôtel de la Pinède, avant de retrouver Paris. Pour visiter le lieu Les demeures parisiennes d’Hemingway sont visitables... de l’extérieur. Sites à visiter : La Hemingway Society. La Ernest Hemingway Foundation of Oak Park, - le site de l’émission d’Arte du 22/01/06 sur Hemingway. À voir aux alentours Le Paris d’Hemingway est celui de Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés, donc celui de beaucoup de monde : (dans le désordre) Diderot, Apollinaire, Artaud, Baudelaire, Sartre, Duras, Fitzgerald, Desnos, Joyce, Sand, Hugo, Wilde, Cesbron, Rimbaud, Verlaine, Vian,... Petite bibliographie Ernest Hemingway en France, 1926-1994. Geneviève Hily-Mane. Presses universitaires de Reims, 1995. Hemingway, the Paris years. Michael Reynolds. Editions W. W. Norton & Company. Au Rendez-vous des génies. Écrivains américains à Paris dans les années vingt. Humphrey Carpenter, éditions Aubier, 1990. Dossier Hemingway du Magazine littéraire n°377 de juin 1999. The Hemingway review. Paris des écrivains. Sous la direction de Laure Murat. Éditions du Chêne. La côte d’Azur des écrivains. Christian Arthaud, Eric L. Paul, Edisud, 1999. JPEG - 393.1 ko Le Dôme. Répondre à cet article Forum de l'article * > Ernest HEMINGWAY à Paris 2 novembre 2004, par christophebegert@hotmail.com Pourquoi dans votre itinéraire d’Hémingway à Paris et dans ses hôtels ne faites vous jamais réference _ sauf erreur_ à sa passion pour l’hôtel Ritz (dont un des bars porte le nom) ? "Quand je pense au Paradis je ferme les yeux et je suis au Ritz Paris" a-t-il écrit. Il économisait même parfois pour boire un cocktail de plus dans le palace parisisien. Son nom est aujourd’hui intimement lié à ce lieux prestigieux de Paris où il passa des heures et des jours. Voir pour plus de précisions le site même du Ritz Paris (www.ritz.com) Merci de votre réponse Cordialement Ernest Hemingway à Paris Répondre à ce message o > Ernest HEMINGWAY à Paris 3 novembre 2004, par JCS Tapez ritz dans notre moteur de recherche ;-) Répondre à ce message + > Ernest HEMINGWAY à Paris 13 janvier 2005, par Monique Pourriez-vous continuer cette phrase de Ernest Hemingway. Pour que le mal triomphe,seule vaut l’inaction des hommes biens... Répondre à ce message # > Ernest HEMINGWAY à Paris 15 septembre 2005, par Nae pensants ! :-))) Répondre à ce message # > Ernest HEMINGWAY à Paris 5 mars 2006, par prio Pour que le mal triomphe,seule vaut l’inaction des hommes biens pensants Message Répondre à ce message # > Ernest HEMINGWAY à Paris 7 septembre 2006, par TARZAN un homme bien ,triomphera de ses démons par son imagination,par son action,et le mal sucombera.. Répondre à ce message [Mesurez votre audience]
 
Ernest HEMINGWAY in Paris On Tuesday August 19, 2003. “And can you probe the depth of grotesque to which Hemingway it larger alive American novelist sinks when it speaks about his books like means “of defending his title of champion”? [...] [The joke] is revealing: it betrays this major conviction just like that the literature would be business of competition, a championship of professional boxing. “ Arthur Koestler in 1950. “[...] All its life it fought against its cowardice and the temptation of the suicide, [...] its landscape interior was a nightmare and [...] its nights occurred to fight its demons.” Norman Mailer. “It is perfect to be in margin when one is a writer. It is not good to be put too much at the center of its work. Hemingway destroyed himself because it had created a monster which exceeded it. Its ego was in contradiction with its private person. Norman Mailer made the same thing and it was destroyed too. Better is worth to devote its energy to its work.” Jim Harrison in the point, June 13, 2003. “The writing of a novel must kill the novelist. If there remain anything about it, it is that he did not work enough.” E.H. Its youths until its suicide on July 2, 1961 (his/her father committed suicide itself in 1928), the literature is for Hemingway literary business of competition (rewarded for him by the Pulitzer price in 1953 and the Nobel in 1954) as much as powerful antidepressant. Some features of the character: he begins fishing at three years, hunting with ten and boxing with twelve; he is of the two world wars; like our Saint-Exupéry, it is also regularly covered with bandages, survivor with various plane and car accidents; the writing? It stops writing only when it is sure of knowing how to take again the following day; it claims to have rewritten… thirty-nine time the first page of the good-bye to the weapons. It is in the Twenties that Hemingway, attracted by the freedom of expression and the favorable rate of exchange, comes to trail his gaiters in Paris. It is there that, pushed by Gertrude Stein, it gives up journalism for the literature and finds its style. It is there that its first book is published in 1923 (and there that it lives most extremely of its idylles). Let us follow it in the streets of the capital and elsewhere: - It discovers Paris at the end of May 1918, at twenty years. Hadley and Ernest arrive to Paris on December 22, 1921 and place initially with the Jacob hotel and of England, 44 street Jacob. Their favorite restaurant is the Pre-with-Clerks, 30 street Bonaparte. - On January 9, 1922, here they are - jusqu' at August 23 - on the 3rd floor of the 74 street of the Lemoine Cardinal, almost opposite Valéry Larbaud which lived at the 71 few years earlier (and of Joyce which borrowed some time this apartment to him). - Little time after, to write, Hemingway rents a room in a hotel of the street Mouffetard. Is it about the building of the 39 street Descartes, where Verlaine died in 1895? Hem likes to make it believe in Paris is a festival, but it is not so sure, in spite of the plate which decorates the n°39… - It attends the bookshop that Sylvia Beach opened in 1919 8 street Dupuytren (too much with narrow, it moves in at the beginning of 1922 12 street of Odéon, opposite the House of the friends the book, the bookshop attended already well of Adrienne Monnier). - Hem also attends, to the 27 of the street of Fleurus, the apartment of Gertrude Stein, with Pound, Fitzgerald and other American of the “lost generation”, as it calls them. - They are also found in the coffees: Select, the Dome, Two Nest eggs, the Small estate of the lilacs. - Hemingway live in 1924 113 street Our-Lady-of-Fields, in top of a house in a court. Ezra Pound lives then with the 70 (a) and corrects the manuscripts of Ernest in exchange of lessons of boxing… It is the only writer close to Hemingway, with Joyce, who will never be annoyed with him. - Hem returns to Paris in 1927. It saw - maintaining with Pauline - 69, street Froidevaux. - In 1929, here are 6 street Férou, close to Saint-Sulpice. - At the time of the summer 1929, Hemingway fights with boxing the journalist Morley Callaghan in Falstaff (the match is arbitrated by Francis Scott Fitzgerald, which is arranged so that Ernest takes a maximum of blows…) - It is again in Paris at the end of autumn 33, at the beginning of 34, in May 37, for the release of the capital in August 1944, for a voyage into 1956 which also leads it to Biarritz, Chartres,… All the occasions are good to find its literary and different emotions the Twenties… - Another of its Parisian hotels: the hotel of Mont Blanc, 28 street of Huchette. Other residences of the author The summer 1926, Hemingway settle in the Paquita villa with Juan-the-Pines, that Fitzgerald have just released, then with the hotel of the Pine forest, before finding Paris. To visit the place The Parisian residences of Hemingway are worth visiting… outside. Sites to be visited: Hemingway Society. Ernest Hemingway Foundation of Oak Park, - the site of the emission of Arte of the 22/01/06 on Hemingway. To see in the neighbourhoods Paris d' Hemingway is that of Montparnasse and Saint-Germain-of-Meadows, therefore that of many people: (in the disorder) Diderot, Apollinaire, Artaud, Baudelaire, Sartre, Lasted, Fitzgerald, Desnos, Joyce, Sand, Hugo, Wilde, Cesbron, Rimbaud, Verlaine, Vian,… Small bibliography Ernest Hemingway in France, 1926-1994. Genevieve Hily-Mane. University presses of Rheims, 1995. Hemingway, the Paris years. Michael Reynolds. Editions W.W. Norton & Company. To Go geniuses. American writers in Paris in the Twenties. Humphrey Carpenter, editions Sapwood, 1990. Hemingway file of the literary Magazine n°377 of June 1999. The Hemingway review. Paris of the writers. Under the direction of Laure Murat. Editions of the Oak. The Riviera of the writers. Christian Arthaud, Eric L. Paul, Edisud, 1999. JPEG - 393.1 KB The Dome. To answer in this article Forum of the article * > Ernest HEMINGWAY in Paris November 2, 2004, by christophebegert@hotmail.com Why in your route of Hémingway in Paris and in its hotels never refer _ except erreur_ to its passion for the Ritz hotel (of which one of the bars bears the name)? “When I think of the Paradise I close the eyes and I am in Ritz Paris” it wrote. It saved even sometimes to drink a cocktail moreover in the de luxe hotel parisisien. Its name is today closely related to this prestigious places of Paris where it spent the hours and the days. See for more precise details the site even of Ritz Paris (www.ritz.com) Thank you for your answer Cordially Ernest Hemingway in Paris To answer this message O > Ernest HEMINGWAY in Paris November 3, 2004, by JCS Type ritz in our search engine; -) To answer this message + > Ernest HEMINGWAY in Paris January 13, 2005, by Monique Could you continue this sentence of Ernest Hemingway. So that the evil triumphs, only the inaction of the men goods is worth… To answer this message # > Ernest HEMINGWAY in Paris September 15, 2005, by Nae thinking! : -))) To answer this message # > Ernest HEMINGWAY in Paris March 5, 2006, by prio So that the evil triumphs, only the inaction of the men thinking goods is worth Message To answer this message # > Ernest HEMINGWAY in Paris September 7, 2006, by TARZAN a man well, will triumph over his demons by his imagination, by his action, and the evil will sucombera. To answer this message [Measure your audience]

Back to Top View hoyt040's Profile Search for other posts by hoyt040
 

Sorry, you can NOT post a reply.
This forum has been locked by a forum administrator.

<< Prev Page of 2
  Post ReplyPost New Topic
Printable version Printable version

Forum Jump
You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot create polls in this forum
You cannot vote in polls in this forum

Powered by Web Wiz Forums version 7.92
Copyright ©2001-2004 Web Wiz Guide





biography | message boards | faq | links | bibliography | multimedia | exclusives | gifts | home

All pages copyright 1996-2017 The Hemingway Resource Center & www.lostgeneration.com
A MouseClickMedia.com, LLC Website
 

Custom Euro Oval Stickers
Oval Stickers and Euro Stickers